Déclaration Préalable au CHSCT Orange UIM du 09 Juin 2016

En préalable de cette séance du CHSCT, il nous parait important d’aborder le contexte économique et social concernant la lutte et la mobilisation du monde du travail pour le retrait du projet de la loi EL KHOMRI dit loi travail qui ne présage rien de bon pour l’avenir des salariés et de l’emploi en France.

Le processus de lutte et de mobilisation depuis 3 mois maintenant, (9 et 31 mars, 9 et 28 avril, 12, 17,19 et 26 mai, 02 juin, aujourd’hui 09 juin et le 14 juin prochain) à l’appel de 7 organisations, CGT / FSU / FO/ SOLIDAIRES / UNEF / UNL / FIDL démontre la nocivité du projet de loi.

De plus, en ce qui concerne la population, + de 70 % des personnes interrogées sont contre ce projet et demandent son retrait. Ce texte, passé en force par ce gouvernement en utilisant le 49-3, reste inacceptable pour les intérêts des salariés malgré quelques aménagements, qui, en plus, viennent d’être supprimé par le sénat et ramène donc le texte à son écriture initiale.

En effet, outre l’article 2 sur l’inversion de la hiérarchie des normes par la mise en place d’accord d’entreprise, qui remet en cause le code du travail comme référence règlementaire minimale la protection et garanties collectives des salariés :

  • Les règles sur les licenciements seraient assouplies,: ce projet de loi instaurerait une médecine du travail au rabais et dévoyée;
  • La visite médicale systématique d’embauche serait supprimée;
  • La médecine du travail dans son rôle ne pourrait plus faire le lien avec le travail sur les affections subies par le salariés;
  • Pour les jeunes, le droit à un avenir stable serait remise en cause.

En fait, dans les PME où le taux de syndiqués est faible, voire inexistant, ce serait le patron qui déciderait des règles à appliquer.

C’est pour cela, dans le cadre de la poursuite de la mobilisation, les 7 organisations organisent depuis le 26 mai une votation citoyenne dans toute la France. Chez Orange, 3 organisations Syndicales CGT / FO et SUD y participent. Comme vous avez pu le voir sur les sites de l’UIM, depuis lundi cette votation a lieu jusqu’à la journée nationale de manifestation et de grève du 14 juin 2016 où les résultats de cette votation sera déposée à l’Assemblée Nationale et au Sénat.

En ce qui concerne notre entreprise, l’opération Orange Vélodrome dont la presse et les médias s’en font largement l’écho, démontre à quel point l’affichage en terme de communication par nos hauts dirigeants est plus important que la santé et la sécurité du personnel.

Selon la presse, le contrat serait le versement entre 3 et 5 millions d’euros par an et sur 10 ans. Combien d’emplois pourraient être créés ? Un rapide calcul démontre qu’avec cette somme d’argent, plusieurs centaines d’emplois pourraient être créés dont 400 par an.

Pour revenir sur l’UI Marseille, en ce qui concerne la prise en compte de la Prévention sur la dépose massive des parafoudres, nous regrettons que le Plan de Prévention ait été élaboré par la direction de l’UIM sans prendre en compte les 19 parafoudres inconnus ainsi que leur intégration dans le MODOP du 18 avril 2016 et ses annexes (Fiches de contrôle et de transport). Ces éléments sont connus de nos plus hauts dirigeants de notre entreprise et de la direction de I’UI Marseille qui a suivi les consignes nationales.

Malheureusement, l’accident mortel de Jean-Claude LACHAUX concernant les Plateformes d’accès en Hauteur démontre, que malgré les directives de la Direction Nationale de l’Intervention, c’est quand même le directeur de l’UIM qui a comparu devant le Tribunal Correctionnel d’Aix en Provence et non le Directeur de l’Intervention.

C’est en ce sens que la CGT avec ses élu-e-s et mandaté-e-s du CHSCT rappelle l’Obligation de Sécurité de Résultats de l’employeur dont fait partis, le Directeur de l’UIM.

Pour conclure cette déclaration, la CGT comme les 6 autres organisations syndicales, appellent les salariés de l’UI Marseille à se mobiliser et à être en grève le 14 Juin 2016. Un préavis de grève a déjà été déposé par la CGT de l’UI Marseille avec 58 revendications exprimées par les salariés de tous les services comme le recrutement de 77 emplois, des reconnaissances de qualifications par des promotions, la mise en place d’une infirmerie sur St Mauront en plus du SST, avec l’embauche d’infirmières, etc…

Comme le démontre l’histoire, faut-il rappeler que les grands acquis du monde du travail :

  • La création de la médecine de travail en 1946
  • La sécurité sociale créé en 1947 à l’initiative d’ Ambroise Croizat Ministre du Travail, d’un militant CGT,
  • la création des IRP,
  • les congés payés,
  • les Conventions Collectives,
  • Etc…

ont été obtenues grâce à la mobilisation et les luttes déterminées des salariés par les grèves et les manifestations.

Les détracteurs actuels du mouvement social à travers les salariés en lutte contre la loi EL KHOMRI, ont la mémoire courte et oublient qu’ils ont utilisés les mêmes moyens d’actions en leurs temps.

Oui dans un pays démocratique quand les salariés se mettent en grève, manifestent, ont le soutien de 60% des français pour le blocage (Le Figaro), se font l’écho de plus de 70% des français qui rejette en bloc cette loi, il est grand temps que le gouvernement et les dirigeants d’entreprises comprennent que le partage des richesses créé par le travail humain et le partage du temps de travail par la réduction du temps de travail permettra à toutes et tous de travailler mieux et vivre mieux.

Merci pour votre attention
Les Membres CGT du CHSCT ORANGE UIM

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire