Déclaration préalable au CHSCT du 13 juillet 2017 de l’Unité d’Intervention Marseille

Push mail du DRH groupe d’Orange le 11 juillet aux salariés pour les élections professionnelles de novembre chez Orange :

Représentant du personnel : Pourquoi la direction s’occupe des candidatures ?

Devrions-nous penser que la direction d’Orange est déjà « En Marche » vers la loi travail XXL qui souhaite supprimer les organisations syndicales aux profits de candidatures individuelles ?

En effet dans votre push mail du 11 juillet aux salariés, vous semblez réécrire les prérogatives des instances (et non des organes) de représentation du personnel. En aucun cas les élus DP, CE et CHSCT ne sont des partenaires sur les performances des enjeux économiques.

Dans notre entreprise comme dans beaucoup d’autres, faire état de son engament syndical lors d’un entretien d’embauche ou de promotion, par exemple, n’est surement pas « un atout […] dans un parcours professionnel » ! Sauf à accompagner l’ensemble de vos projets même si c’est à contre sens des intérêts et conditions de travail des salarié-e-s.

C’est aux organisations syndicales de construire leurs listes, de définir le rôle de leurs élus et mandatés en lien permanent avec leurs syndiqués et les salariés.

S’il y a des difficultés à construire des listes, c’est plus du fait de la discrimination syndicale, de l’absence complète d’une génération de salariés car l’entreprise n’a pas embauché et nous nous retrouvons avec des jeunes recrutés d’un côté et des futurs retraitables de l’autre.

Le TPS, le télétravail à domicile, le temps partiel subi notamment par les femmes pour concilier vie professionnelle et vie privé, l’incertitude face à la perte d’activités et/ou transférées, les sous effectifs, sont autant de barrières pour devenir un candidat-e aux élections professionnelles.

Pour la CGT, l’organisation du travail, les répressions syndicales, les vagues de licenciements massives, la loi « Travail » d’hier et de demain sont des coups durs portés contre les syndicats et les dialogues sociaux dans les entreprises.

Sachez que nous ne resterons pas sans rien faire durant l’été pour alerter les salariés sur les dangers à venir de la casse du code du travail, qui est le seul rempart pour leur garantir un minimum de droits et d’accès, mais surtout pour porter nos revendications comme les 32h, le nouveau statut du salarié ou encore le 13ème mois dans notre entreprise.

Il aurait été plus efficace de faire un push mail : « Me syndiquer : pourquoi pas moi ? ».

Merci pour votre attention

Les élu-e-s CGT du CHSCT UIM : Jean Michel SCOTTO, Dalila HAMACHE, Marie Ange LLEDO, Guillaume LAMOURETTE, Robert LAURENT.

Le RS CGT du CHSCT UIM : Patrick CABEDO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *