Déclaration préalable CHSCT extraordinaire de l’Unité d’Intervention Marseille du 13 décembre 2016

79 salariés (24%) des 336 répondants en situation de stress fort ou très fort

Nous voici réuni en séance extraordinaire du CHSCT de l’UI Marseille à la suite du désaccord entre les Représentants du Personnel CGT du CHSCT signataires du droit d’alerte et la direction sur les mesures à prendre pour supprimer le danger grave à la suite du droit d’alerte du CHSCT concernant 79 salariés (24%) des 336 répondants en situation de stress fort ou très fort stipulés dans la restitution des résultats  de l’UI Marseille  de l’enquête stress et conditions de travail 2016 du Comité de Prévention du Stress (CNPS) du Groupe Orange France, envoyée aux 719 salariés de notre établissement.

Cette enquête stress et conditions de travail 2016 du CNPS (composé de 12 représentants du personnel et de la direction qui a 1 siège) issu de l’accord Groupe sur l’évaluation et la Prévention des RPS au travail du 06 mai 2010 qui a suivi la crise sociale de 2009, confirme ce que dénonce la CGT depuis plusieurs années.

En effet, malgré le recrutement de 10000 personnes en 2010-2011, qui a permis de stabiliser la situation, la CGT n’a eu de cesse de dénoncer l’insuffisance d’actes concrets concernant les embauches, la reconnaissance, l’équité concernant la promotion, la formation, le soutien, etc.

Cette enquête entièrement pilotée par le CNPS, de l’élaboration du cahier des charges pour les cabinets d’expertises candidats à la réalisation de cette enquête, jusqu’au contenu et modalités de la restitution des résultats aux CHSCT locaux, ne peut pas être sous le contrôle et à la main exclusive de la direction mais dans le cadre des prérogatives des CHSCT. Cette démarche a encore été confirmée à la réunion du CNPS du 16 novembre 2016.

Ceci étant dit, pour les représentants du personnel CGT du CHSCT, les facteurs de stress sont déjà identifiés:

  • intensité de travail,
  • complexité du travail,
  • moyens de travail,
  • moyens du management,
  • exigences émotionnelles,
  • reconnaissance au travail, etc

Le taux de réponses négatives élevées démontre cette situation de stress fort et très fort.

Les salariés de l’UIM y compris les managers attendent des actes concrets de la part de l’entreprise. Pour la 1ère fois les managers rejoignent les employés concernant le manque d’effectif pour mener correctement leur mission.

Pour la CGT, rien de surprenant, pour rappel un droit d’alerte du CNSHSCT de l’UES ORANGE a été déposé par l’unanimité des élus le 18 février 2014 sur la souffrance au travail. Concernant la reprise des réorganisations, du management par le stress, une charge de travail excessive, etc… à la suite des rapports des médecins de 2012 et de l’enquête stress et conditions de travail du CNPS de 2012 à la suite des suicides toujours présents dans notre entreprise dont l’année 2016 n’est pas épargné.

La suite des suicides toujours présents dans notre entreprise dont l’année 2016 n’est pas épargné.

Le plan de réduction des coûts à travers la stratégie de la direction essentiel 2020 conduit aux résultats de l’enquête stress et conditions de travail.

Pour terminer, les facteurs de stress étant déjà identifiés dont certains reflètent un taux de souffrance important, la CGT demande des actions concrètes rapidement pour supprimer cette situation de stress fort et très fort.

Merci pour votre attention

Les Représentants du Personnel CGT du CHSCT UIM

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire