Code du travail ou code du capital ? Il faut lutter pour plus de droits pour les salariés !

Journal LDAJ Mars 2016 N° 11

Salarié et employeur ne sont pas sur le même pied d’égalité. Pourtant le pro-jet de loi El Khomri veut écrire l’histoire à l’envers en donnant encore plus de liberté à l’employeur et moins de droits aux salariés.

Toutes les mesures envisagées visent à précariser toujours plus

Flexibiliser toujours davantage les salariés pour faire baisser le « coût » du travail, afin de faire grossir les profits financiers et les dividendes versés aux actionnaires.

7 français sur 10 considèrent que le projet de réforme du code du travail constitue une menace pour les droits des salariés. Ils ont raison !!!

Le projet de loi ne répond nullement aux exigences des salariés qui portent sur les salaires, l’emploi, les conditions de travail.

La CGT réaffirme que le Code du travail est le socle commun collectif applicable à l’ensemble des salariés. Les négociations de branches (conventions collectives) et d’entreprises doivent améliorer ces garanties, pas les fouler au pied.

La durée légale du travail doit être ramenée à 32h

La durée légale du travail doit être ramenée à 32h avec maintien de salaire et renvoi aux modalités par négociation collective. Cette réduction du temps de travail est de nature à créer des emplois, en allant dans le sens de l’histoire et du progrès social.

Les droits des salariés (emploi, carrière et reconnaissance des qualifications, formation, professionnelle, protection sociale) ne doivent plus dé-pendre de leur contrat de travail mais être attachés à la personne, garantis collectivement, cumulables, transférables et opposables à tout employeur.

C’est ce que 450 000 personnes dont 60 000 à Marseille ont revendiqué lors des manifestations d’un 9 mars intergénérationnel d’indignation, de revendications, et de très fortes mobilisations.

Les organisations de jeunesse appellent à une nouvelle journée dans les lycées et universités le 17 Mars et les Syndicats CGT, FO, FSU-Solidaires au 31 Mars.

Le 31 mars, avec la journée d’action unitaire interprofessionnelle de grève et de manifestations, Gagnons le retrait du projet de loi et de nouveaux droits dignes du XXIe siècle.

Sommaire :
Page 1 : Lutter pour plus de droits pour les Salariés
Page 2 : Salaires et Temps de Travail : Face aux dangers… Ne laissons pas faire !
Page 3 : Danger pour le travail en HNO : Astreintes, Nuits, Horaires
Légaliser les licenciements abusifs ?
Page 4 : Être licencié même en l’absence de « difficultés économiques » ?

Journal LDAJ N11

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire